lundi 27 mars 2017

Comment installer Telegram-Desktop sur Manjaro

Telegram-Desktop est une application de messagerie basée sur le cloud. Elle permet aux utilisateurs de se transmettre des messages, des photos, des vidéos et des documents d'une taille supérieure à 1 Gb. La transmission des messages peut être chiffrée de bout à bout.

Telegram est l'application Open Source concurrente de WhatsApp. L'application est non seulement disponible sur smartphones (Android, Ubuntu Phone, FirefoxOS, iOS, Windows mobile), mais aussi sur ordinateur pour Linux, Windows et OsX. À noter que seuls les "clients" sont open source (pas le serveur).

J'ai eu bien des misères au début, avec tous ces choix dans Pamac et j'avais fini par me rabattre sur la version Web qui fonctionne d'ailleurs très bien. Notez aussi qu'il existe une Chrome App et une extension dans le Store de Google.

Mais j'ai trouvé comment obtenir une installation sans erreurs. Il suffit de taper la commande plus bas (en orange).

$ yaourt -S telegram-desktop-bin



Et quand on vous demande ...


Éditer....? [O/n] ("A" pour annuler)", répondez "n" à chaque fois
Lancer la compilation de telegram-desktop-bin ? [O/n], répondez "o" (oui)
Continuer d'installer telegram-desktop-bin ? [O/n] Répondez "o" (oui)


Voici l'ensemble de l'installation (ou presque)

$ yaourt -S telegram-desktop-bin

==> Téléchargement du PKGBUILD de telegram-desktop-bin depuis AUR...
x .SRCINFO
x PKGBUILD
x telegram-desktop-bin.desktop
x telegram-desktop-bin.install
x tg.protocol

telegram-desktop-bin 1.0.14-1  (2017-02-21 21:55)
( Paquet non supporté : peut être dangereux ! )
==> Éditer PKGBUILD ? [O/n] ("A" pour annuler)
==> ------------------------------------------
==> n

==> Dépendances de telegram-desktop-bin :
 - glib2 (déjà installé)
 - hicolor-icon-theme (déjà installé)
 - libdbus (déjà installé)
 - libx11 (déjà installé)
 - chrpath (déjà installé) [makedepend]


==> Éditer telegram-desktop-bin.install ? [O/n] ("A" pour annuler)
==> --------------------------------------------------------------
==> n

==> Lancer la compilation de telegram-desktop-bin ? [O/n]
==> -----------------------------------------------------
==> o

==> Construction et installation du paquet
==> Création du paquet telegram-desktop-bin 1.0.14-1 (lun. mars 27 14:54:29 AST 2017)
==> Vérification des dépendances pour l’exécution...
==> Vérification des dépendances pour la compilation...
==> Récupération des sources...
  -> telegram-desktop-bin.desktop trouvé
  -> tg.protocol trouvé
  -> Téléchargement de icon16.png...
  % Total    % Received % Xferd  Average Speed   Time    Time     Time  Current
                                 Dload  Upload   Total   Spent    Left  Speed
100   165  100   165    0     0     75      0  0:00:02  0:00:02 --:--:--    75
-----------------------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------------- 
0  0:00:02  0:00:02 --:--:--    79
100 47106  100 47106    0     0  10084      0  0:00:04  0:00:04 --:--:-- 35418
  -> Téléchargement de tsetup.1.0.14.tar.xz...
  % Total    % Received % Xferd  Average Speed   Time    Time     Time  Current
                                 Dload  Upload   Total   Spent    Left  Speed
100 27.7M  100 27.7M    0     0  34044      0  0:14:15  0:14:15 --:--:-- 71453
==> Validation des fichiers source avec sha256sums...
    telegram-desktop-bin.desktop ... Réussite
    tg.protocol ... Réussite
    icon16.png ... Réussite
    icon32.png ... Réussite
    icon48.png ... Réussite
    icon64.png ... Réussite
    icon128.png ... Réussite
    icon256.png ... Réussite
    icon512.png ... Réussite
==> Validation des fichiers source_x86_64 avec sha256sums...
    tsetup.1.0.14.tar.xz ... Réussite
==> Extraction des sources...
  -> Extraction de tsetup.1.0.14.tar.xz avec bsdtar
==> Entre dans l’environnement fakeroot...
==> Lancement de package()...
==> Nettoyage de l’installation...
  -> Suppression des fichiers libtool...
  -> Suppression des fichiers indésirables...
  -> Suppression des fichiers de bibliothèques statiques...
  -> Nettoyage des symboles inutiles dans les fichiers binaires et les bibliothèques...
  -> Compression des pages de man/info...
==> Recherche des erreurs d’empaquetage…
==> Création du paquet « telegram-desktop-bin »...
  -> Génération du fichier .PKGINFO...
  -> Génération du fichier .BUILDINFO...
  -> Ajout du fichier install...
  -> Génération du fichier .MTREE...
  -> Compression du paquet... 
==> Quitte l’environnement fakeroot.
==> Création finie : telegram-desktop-bin 1.0.14-1 (lun. mars 27 15:10:42 AST 2017)
==> Nettoyage...
==> Export de telegram-desktop-bin vers le dépôt /var/cache/pacman/pkg/
[sudo] Mot de passe de manja : 
Mot de passe : 
'/tmp/yaourt-tmp-manja/PKGDEST.NL6/telegram-desktop-bin-1.0.14-1-x86_64.pkg.tar.xz' -> '/var/cache/pacman/pkg/telegram-desktop-bin-1.0.14-1-x86_64.pkg.tar.xz'

==> Continuer d'installer telegram-desktop-bin ? [O/n]
==> [Afficher le contenu du paquet [Vérifier avec namcap
==> ------------------------------------------------------
==> o

[sudo] Mot de passe de manja : 
chargement des paquets...
résolution des dépendances...
recherche des conflits entre paquets...

Paquets (1) telegram-desktop-bin-1.0.14-1

Taille totale installée :  71,32 MiB

:: Procéder à l’installation ? [O/n] 
(1/1) vérification des clés dans le trousseau      [######################] 100%
(1/1) vérification de l’intégrité des paquets      [######################] 100%
(1/1) chargement des fichiers des paquets          [######################] 100%
(1/1) analyse des conflits entre fichiers          [######################] 100%
(1/1) vérification de l’espace disque disponible   [######################] 100%
:: Traitement des changements du paquet...
(1/1) installation de telegram-desktop-bin         [######################] 100%
Remember to delete the official (non-tweaked) launcher by using:
rm ~/.local/share/applications/telegramdesktop.desktop
After running Telegram Desktop
Dépendances optionnelles pour telegram-desktop-bin
    libappindicator-gtk2: to hide Telegram in the tray bar (GTK2-based desktop
    environment) [installé]
    libappindicator-gtk3: to hide Telegram in the tray bar (GTK3-based desktop
    environment)
    libappindicator-sharp: to hide Telegram in the tray bar (Unity-based desktop
    environment)
:: Exécution des crochets de post-transaction...
(1/3) Updating icon theme caches...
(2/3) Arming ConditionNeedsUpdate...
(3/3) Updating the desktop file MIME type cache... 



  • Votre mot de passe peut vous être demandé plusieurs fois
  • J'ai effacé une partie de la sortie du terminal...
  • Attention! Si vous avez un message d'erreur au lancement de Telegram, vérifiez la commande du lanceur qui s'est peut-être altérée en --%u tout simplement. Remplacez-là par telegram-desktop --%u


mercredi 22 mars 2017

Créez un Hotspot wifi sur votre Ubuntu ou autre Linux

Dans mon cas, la Livebox est assez loin de mon Bureau avec aussi 2 ou 3 murs à traverser. Résultat, la connexion à mon smartphone est "limite". Ça ne me pose pas de gros problèmes pour consulter des news mais par contre, ça rame pas mal pour faire des mises-à-jour ou un téléchargement même modeste. Pour mes PC, je suis en filaire (Ethernet)

J'ai essayé plusieurs méthodes sans grand succès. Ou alors, mon Hotspot est visible dans la liste mais il ne fonctionne pas...

Cette fois, j'ai trouvé un tuto qui fonctionne très bien. Et donc, maintenant, la connexion de mon Smartphone (un Meizu M2 mini) est au max!

J'ai créé mon hotspot sur ma vieille Eeebox B202 Asus équipée d'une Manjaro série 16 (2016). Et ça fonctionne du Tonnerre de Brest.

Mes sources: http://ubuntuhandbook.org/index.php/2014/09/3-ways-create-wifi-hotspot-ubuntu/ (le premier tuto)

Le tuto date de 2014 pour Ubuntu 14 Unity mais ça a été encore plus facile avec mon NetworkManager sur Manjaro. Je signale que je n'ai pas essayé sur Ubuntu ni encore sur le Raspberry Pi 2B (mais j'y pense!).


Le nécessaire

  • Un PC pour héberger le Hotspot. Étant bien entendu que vous pourrez l'utiliser à d'autres tâches si vous le désirez tout comme n'importe quel autre ordi. Vous pouvez aussi bien le faire avec un Raspberry y compris avec un "zéro" (si vous en trouvez!). Dans ce cas, il pourra tourner nuit et jour pour une consommation ridicule. Attention cependant, l'antenne intégrée des RPI n'est peut-être pas très performante. Mieux vaut essayer -je pense- avec une vraie antenne (voir liens).
  • Une connexion filaire (par câble Ethernet)
  • Au moins une carte wifi en ordre de marche.

ATTENTION! 
  • Le PC servant de hotspot ne pourra pas se connecter lui-même en WIFI à moins d'avoir 2 cartes WIFI. Mais là, c'est une autre histoire! Il doit être connecté lui-même en filaire.
  • Si vous éteignez votre ordi la nuit, vos autres appareils n'auront plus de WIFI. Ça peut être une bonne solution pour empêcher les gosses de surfer "jusqu'à pas d'heure".



1. Déconnectez-vous du WIFI sur votre PC (Linux) destiné à servir de hotspot et connectez-vous en "filaire" (avec nm-applet dans votre "tray" ou "zone de notifications").

2. Allez à l'icône du réseau dans votre "Tray" (nm-applet).

3. Clic droit: Editer les connexions (ou quelque chose dans ce genre. Chez moi, c'est "Edit connections")

4. Add (ou ajouter). Choisissez WIFI.

5. Nom de la connexion: ce que vous voulez: hotspot, par exemple...

6. SSID: c'est le nom qui sera visible dans la liste des stations WIFI. Par exemple: totowifi

7. Mode: choisir "infrastructure" ou "hotspot"

8. Bande, Canal: n'y touchez pas sauf ensuite si vous savez ce que vous faites. Votre smartphone pourra peut-être vous montrer les canaux les plus tranquilles.

9. Device ou appareil: affichez la mac adresse de votre carte graphique (déjà inscrite en principe)

10. Cloned Mac address, MTU: ne touchez à rien...

11. On change d'onglet. Allez à Sécurité Wifi. Choisissez WPA et WPA2 personnel

12. Entrez votre mot de passe (ou clé). On peut même l'afficher en clair. Notez-le bien!

13. Allez à l'onglet "Paramètres IPV4" et vérifiez bien que la "Méthode" est bien "partagé avec d'autres ordinateurs". C'es ce qui permettra à votre smartphone ou autre d'accéder à Internet via votre PC.




14. Puis, enregistrez.

15. Ouvrez votre gestionnaire de fichiers en "root". Par exemple:

 sudo thunar

... et allez dans les fichiers systèmes à  /etc/NetworkManager/system-connections
Vous devriez trouver un fichier de configuration du nom de "hotspot" (le nom de notre connexion donné au début)

16. Ouvrez ce fichier et recherchez mode=infrastructure. Changez =infrastructure en =ap et enregistrez. Si c'est déjà fait, fermez le fichier.

17. Quand tous est fait... Connectez-vous dans nm-applet à votre nouveau hotspot "totowifi" (ou autre). Il devrait être maintenant visible dans les stations accessibles depuis votre Smartphone

S'il n'est pas visible, redémarrez votre ordinateur. Ça a été le cas sur mon autre ordi.


Quelques liens utiles pour créer un hotspot avec un Raspberry. Tous ne fonctionneront peut-être pas out-of-the-box mais ça peut servir...

dimanche 19 mars 2017

XFCE & MANJARO: Thunar "Upload to Imgur"

Un des Logos Imgur
Pour uploader rapidement une ou des images, il existait naguère un script utilisable via les "Actions personnalisées" de Thunar mais malheureusement, ça fait bien longtemps qu'il ne fonctionne plus, probablement à cause d'une histoire d'API.

J'ai fini par trouver dans "Pamac" qui est le gestionnaire graphique de paquets de Manjaro (une "Logithèque" si vous préférez) plusieurs applis en rapport avec Imgur.

J'en ai essayé plusieurs, mais toutes ne marchent pas ou je n'ai pas compris comment ça fonctionne.

En tous cas, celle-ci fonctionne: imgur-screenshot-git.

Vous pouvez aller l'installer via Pamac ou directement en Terminal comme ceci:

 yaourt -S imgur-screenshot-git


Désormais, vous pourrez uploader facilement une image vers Imgur puis connaître son URL pour l'afficher dans un site web ou un forum.

Dans Thunar: un clic droit sur une image vous donne la possibilité "d'ouvrir cette image avec Imgur-Snapshot" (en fait l'uploader). Quelques secondes plus tard, votre navigateur par défaut va s'ouvrir et afficher l'image en ligne. Il est donc facile de récupérer son URL dans la barre de navigation.

Ça marche aussi avec Viewnior, la visionneuse par défaut de Manjaro-XFCE et peut-être dans d'autres applis. À noter aussi que ça fonctionne très bien sans être inscrit sur Imgur.

Note: si vous "ratez" ou perdez l'URL d'une image, vous pourrez la retrouver dans l'onglet "Log" de l'outil de notification de XFCE: xfce4-notifyd-config (bon à savoir pour les étourdis!...).

samedi 18 mars 2017

Créez un RSS Facebook, Twitter ou Google+ avec http://feed.exileed.com

Vous aimeriez pouvoir suivre un compte Facebook, Google+ ou Twitter dans votre lecteur favori de RSS ou même l'afficher sur votre site ou blog?

Créez un RSS avec feed.exileed.com

Je veux suivre le compte Facebook de ce journal local qui ne propose pas de RSS.

L'exemple est basé sur un journal local de St Martin (Antilles Fr.), Le Soualiga Post

Si on va sur le site, on ne tarde pas à trouver son compte Facebook (en bas de page).
Il suffit de cliquer sur l'icône Facebook puis de récupérer l'adresse dans l'Omnibox (ou barre de navigation):

https://www.facebook.com/SoualigaPost.SXM/

Ensuite, allez sur http://feed.exileed.com et entrez l'adresse que vous avez récupérée dans la case "Link to group" puis "Generate RSS link"

Il va vous envoyer ver une page de code RRS. Encore une fois, recopiez l'adresse dans l'Omnibox et faites-en ce que vous voulez, par exemple ajouter une rubrique dans Feedly ou afficher le flux sur votre site. Pour cela, il y a d'autres outils comme feedroll.com (gratuit)

L'adresse obtenue pour le journal local est http://feed.exileed.com/facebook/feed/SoualigaPost.SXM

Une autre solution plus simple -sans aller sur le site- en observant l'URL obtenue (pour Twitter ou autre, ce sera un peu différent):




Avertissement: certaines adresses Facebook peuvent ne pas fonctionner...

ATTENTION! Feed.exileed.com est Russe et pourrait bien être surveillé par le FSB (anciennement KGB)...

J'ai voulu bidouiller l'adresse obtenue en ajoutant .rss à la fin (rien de bien méchant!) et voici la réponse: 


 Страница закрыта или доступна только по ее ID  

!!! 

Traduc avec Google Translate: "Page fermée ou seulement disponible sur son ID"


vendredi 17 mars 2017

Classez vos fichiers en 1 seul clic!

Je viens de trouver une sympathique appli qui permet de classer/trier automatiquement les fichiers téléchargés. Je n'ai pas encore trop compris comment le paramétrer mais apparemment, ça ne doit pas être compliqué. De toutes manières l'appli fonctionne déjà automatiquement sans rien faire de spécial.
Nécessite Python et Python-Pip pour pouvoir l'installer sous Manjaro et Ubuntu et probablement d'autres distros.

Pour installer Python-pip sur Manjaro et Ubuntu, voir le précédent article

Une fois qu'il est installé, on en fait autant pour "Classifier"

 pip install classifier


Maintenant, allez dans le dossier où vous voulez classer des fichiers et sous-dossier, ouvrez un Terminal (clic droit dans le dossier + Terminal) et Tapez seulement:

 classifier

Ça prend 2 ou 3 secondes....
Un mp3 sera envoyé dans un sous-dossier "Music" de votre dossier "téléchargements". Un *.jpg ou un png seront envoyés dans le dossier image, etc... Les dossiers ad-hoc seront créés automatiquement.

Toutes les (nombreuses) options possibles sont disponibles ici (En): https://github.com/bhrigu123/classifier.

Vous pouvez aussi aller là (en Fr) http://apprendre-python.com/page-pip-installer-librairies-automatiquement


Bien entendu, on pourra en faire un lanceur, un script voire une "action personnalisée" dans Thunar.


Google Traduction (Google Translate) en ligne de commande





Installez le programme Google-Translate-Tool avec npm. Si npm n'est pas déjà installé, voir en bas d'article *

1. Mettez-vous d'abord en root soit avec "sudo" soit avec "su".

2. Tapez:

 npm install -g google-translate-tool 

Il va s'installer rapidement...


Mode d'emploi !

Exemple: traduire le mot Hello de l'Anglais au Français

 
$ google-translate --from=en --to=fr hello
  en => fr
  Bonjour 
  undefined 
  interjection
    Bonjour! Hello!; Hi!; Good morning!; Good afternoon!; How do you do?; Hallo!
    Salut! Hi!; Hello!; Salute!; All the best!; Hallo!; Hullo!
    Tiens! Hallo!; Hello!; Hullo!; Why!
    Allô! Hello!; Hullo!; Hallo!



Traduire le mot Bonjour! du Français à l'Anglais

 google-translate --from=fr --to=en Bonjour!
  fr => en
  Hello! 
  interjection
    Hello! Bonjour!; Salut!; Tiens!; Allô!
    Hi! Salut!; Bonjour!; Hé!
    Good morning! Bonjour!
    Good afternoon! Bonjour!
    How do you do? Bonjour!; Salut!; Ça marche?
    Hallo! Bonjour!; Tiens!; Salut!; Allô!
    Hullo! Tiens!; Allô!; Salut!; Bonjour!
    Welcome! Salut!; Bonjour!; Soyez le bienvenu!


Hé oui... en plus, il vous donne plein d'autres informations comme un dictionnaire...


Traduire une phrase

 $ google-translate --from=fr --to=en "On attend du beau temps pour aujourd'hui."
  fr => en
  We expect good weather for today. 


On récapitule...

google-translate --from=code langue d'origine --to=code langue de destination mot ou "phrase à traduire"

  • google-translate: commande
  • --from: --depuis
  • --to: --vers



Bon, ça vous "gonfle" de retaper tout ça à chaque fois?!


On va donc créer des aliases plus simples (oui, Alias au pluriel s'écrit comme ça... en Anglais en tous cas).


Qu'est-ce qu'un alias dans le cas présent?


C'est un mot ou un groupe de caractères qui remplacent une commande. Par exemple, sous Ubuntu/Debian, vous pouvez faire un alias pour sudo apt-get update qui pourra se résumer à "upd". Mais c'est vous qui décidez! Si vous en faites un avec sudo apt-get upgrade, vous pourrez le baptiser "maj".


Bon, attention, j'ai déjà oublié comment on crée un alias sous Ubuntu (à près de 70 balais, ma mémoire devient volatile...). La solution ci-dessous fonctionnera probablement mais dans le cas contraire, faites une recherche avec l'ami Google (je suis sous Manjaro, maintenant).


 alias en-fr='google-translate --from=en --to=fr'
 alias fr-en='google-translate --from=fr --to=en'


C'est-à-dire que vous n'aurez plus qu'à taper en-fr pour une traduc' de l'Anglais vers le Français ou fr-en pour traduire du Français à l'Anglais. Attention! N'utilisez pas comme alias un truc qui existe déjà comme "find", "apt" ou autre commande... Par contre, vous pouvez très bien mettre ef et fe si ça vous plaît... le principal, c'est de s'en rappeler...

Exemple:

 $ fr-en "Les alias sont des substitutions abrégées..."
  fr => en
  Aliases are abbreviated substitutions...  


Attention! les Aliases ne sont pas conservés quand on ferme le Terminal. Va falloir trouver aut'chose...

Trouvé! Si l'on veut un alias permanent, il suffit de modifier le fichier .bashrc de l'utilisateur... Bon, il peut être délicat de modifier ce fichier (votre Linux pourrait peut-être même ne pas vouloir redémarrer), so, je vous envoie là: https://doc.ubuntu-fr.org/alias (Valable en principe pour tout Linux)


* Installer npm sur Ubuntu  |||  Installer npm sur Linux

Voir aussi dans le même genre: https://github.com/soimort/translate-shell qui a beaucoup plus d'options et a même la possibilité de prononcer les mots ou les phrases... À essayer d'urgence!

jeudi 16 mars 2017

Installer et Python3 et Python-pip sur Manjaro

Pip est un système de gestion de paquets utilisé pour installer et gérer des librairies écrites en Python. Vous pouvez trouver une grande partie de ces librairies dans le Python Package Index  (ou PyPI). Pip empêche les installations partielles en annonçant toutes les exigences avant l'installation.


1. D'abord se mettre en root


 $ su
Mot de passe : votre-mdp


2. Installer Python3


$ yaourt -S python3


3. Installer pip


 $ yaourt -S python-pip  


Et pour installer une appli avec pip (exemple)


 $ pip install monappli


Sous Ubuntu et dérivés, installer Python pose encore moins de problèmes pour la bonne raison qu'il est déjà installé. Il suffit seulement d'installer pip.


sudo apt-get install python-pip

Et/ou pour python 3:

sudo apt-get install python3-pip


lundi 13 mars 2017

RASPBERRY PI: Se connecter au RPI en SSH + VNC


La VNC permet d'afficher le Bureau de votre RPI pour y travailler comme si un écran y était connecté. C'est surtout intéressant quand on a seulement besoin de s'y connecter de temps à autres. Chez moi, c'est un serveur, et je n'ai donc pas vraiment besoin de m'y connecter avec l'interface graphique, et dans 90% des cas, je fais ça en SSH et ligne de commande. C'est plus rapide.


Bien entendu, le SSH tout comme la VNC peut aussi vous permettre d'intervenir sur n'importe quel autre ordinateur et même de dépanner vos amis ou famille.


Tout d'abord, il vous faudra installer un serveur sur l'ordi distant (ici, votre RPI)

Les "#" indiquent le début d'une commande. Ne les copiez-collez pas avec le reste!


1. Connectez-vous à votre RPI en SSH


 # ssh pi@192.168.1.20 

S' il vous répond "Enter passphrase for key '/home/user/.ssh/id_rsa' ", faites "Entrée" seulement. Mais en principe, il ne devrait rien vous demander pour le moment.


2. Ensuite...

 # pi@192.168.1.20's password: votremotdepasse
The programs included with the Debian GNU/Linux system are free software;
the exact distribution terms for each program are described in the
individual files in /usr/share/doc/*/copyright.

Debian GNU/Linux comes with ABSOLUTELY NO WARRANTY, to the extent
permitted by applicable law.
Last login: Mon Mar 13 17:08:41 2017 from 192.168.1.18


3. Installez Tight VNC Server

 # sudo apt-get update && sudo apt-get install tightvncserver


4. Maintenant...

 # vncserver :1  

(Attention! il y a un espace avant le ":1")

Cette commande a démarré le serveur VNC de votre RPI. Si c'est la première fois que vous la lancez , il va vous vous demander votre mot de passe (le mot de passe par défaut est «raspberry » sauf si vous l'avez changé). Si le mot de passe est refusé, c’est qu'il est trop long (plus de 8 caractères). Il faut donc taper seulement « raspberr » (en 8 lettres).

Bon, maintenant, on va installer le "client" sur votre ordinateur. Si vous êtes sur Win, je ne vous serai pas d'une grande aide car ça fait plusieurs années qu je l'ai complètement abandonné.

Si vous êtes sur Ubuntu ou dérivé, allez ici https://doc.ubuntu-fr.org/bureau_a_distance#clientsle_visionneur pour faire votre choix. Personnellement, je suis sous Manjaro (dérivé de Arch Linux) et j'ai choisi Vinagre qui existe aussi sous Ubuntu.


5. Pour l'installer sous Ubuntu:

 # sudo apt install vinagre

ou pour Manjaro / Arch:

 # yaourt vinagre  


6. Lancez Vinagre... Il n'y a pas grand-chose à faire, en fait. Pour le serveur, vous mettez 192.168.1.20:1 (:1, c'est le port 1). Vous pouvez aussi paramétrer la couleur. 8 bits, c'est léger.
 Puis, "connecter".


Votre interface se lance instantanément


Source partielle: http://the-raspberry.com/vnc

mercredi 8 mars 2017

MANJARO: Créer un fichier de swap (ou d'échange)

La tendance actuelle est "d'oublier" la traditionnelle et sempiternelle partition de SWAP... Maintenant, on utilise de préférence un fichier de SWAP... C'est d'ailleurs, parait-il, le cas du nouvel Ubuntu 17.04...

On peut créer ce swap-file seulement en cas de besoin (par exemple travail occasionnel sur de grosses images) et il sera perdu au redémarrage. On utilise alors la même méthode que décrite plus bas mais sans modifier fstab.

Ici, on va créer un fichier de swap persistant, c'est-à-dire qu'il se recréera automatiquement au démarrage. Il va donc remplacer la partition de swap traditionnelle.

Si vous aviez déjà une partition de swap classique, il vaudra mieux cependant la supprimer quand vous serez sûr que tout est correct. Pour la désactiver simplement, ça se passe dans /etc/fstab. Il suffira de commenter avec un "#" (dièse) la ligne concernant le swap.

Pour la supprimer purement et simplement, on utilisera Gparted. Ce dernier vous permettra aussi de récupérer l'espace libéré et de le fusionner avec une autre partition (à partir d'une clé Linux Live-USB bootable). Attention, cependant, je décline toutes responsabilités! Il y a toujours un certain risque de pertes de données quand on redimensionne des partitions même si personnellement je n'ai jamais eu de problèmes... Prenez vos risques et faites d'abord une image-disque de sauvegarde (avec Clonezilla, par exemple)! Et prenez d'abord vos renseignements sur Google...


Revenons maintenant à notre fichier de swap (Là, il n'y a en principe aucun danger). Non testé sur d'autres Linux dont Ubuntu mais en principe, ça devrait le faire...


1. Ouvrez un terminal. Tapez "Su" + mot-de-passe pour être root pour toute la session (uniquement sous Linux autres que Debian/Ubuntu, il me semble). "su" tout seul correspond à "su root". Ce n'est pas possible sous Ubuntu sauf en utilisant "sudo" à chaque commande. L'autre solution pour les "buntu", c'est le Terminal Administrateur.

3. Création du swapfile. Je lui alloue ici 2 GB (écrivez 2G). Pour 512 MB, écrivez 512M

 # fallocate -l 2G /swapfile


Attention, fallocate peut poser des problèmes avec certains systèmes comme F2FS ou XFS. Dans ce cas, utiliser cette commande avec dd (mais c'est plus lent) comme ceci (ce qui est à changer est en gras et en rouge):

 # dd if=/dev/zero of=/swapfile bs=1M count=512 


4. Mettez-lui les permissions "comme il faut" (si c'est visible par tout le monde, c'est dangereux)

 # chmod 600 /swapfile


5. Formatage en swap

 # mkswap /swapfile 


6. Activer le swap file

 # swapon /swapfile


7. Editez fstab

 sudo gedit /etc/fstab

...et ajoutez cette ligne en bas:

 /swapfile none swap defaults 0 0

Vous pouvez par la même occasion commenter avec un # la ligne concernant le swap traditionnel si elle est présente (moi, je n'en avais pas car je ne prévois jamais de partition de swap étant donné que j'ai un SSD* et 8 GO de RAM). J'ai fais cette manipulation seulement pour tester...

7. Enregistrez fstab puis redémarrez votre machine

8. Après avoir redémarré, ouvrez un terminal, et contrôlez que ça fonctionne:

 $ swapon -s
Nom de fichier    Type  Taille Utilisé Priorité
/swapfile                               file     2097148 0 -1




Pour créer des fichiers de swap occasionnels, c'est la même chose sauf qu'on ne touche pas à /etc/fstab.

Testé: voici la ligne de commande-multiple pour le faire rapidement (tapez "su" avant de la lancer):

 fallocate -l 1G /swapfile && chmod 600 /swapfile && mkswap /swapfile && swapon /swapfile


*Il est fortement déconseillé de créer une partition de swap sur un SSD. Cela diminue son espérance de vie... Et si vous avez beaucoup de RAM, c'est quasiment inutile.


Source: https://wiki.archlinux.org/index.php/swap#Swap_file

Voir aussi: https://doc.ubuntu-fr.org/swap#creer_un_fichier_d_echange

lundi 6 mars 2017

MANJARO: SOS! RC.LOCAL NOT WORKING ANYMORE!

In some distros using systemd (like Manjaro), rc.local file is here but is disabled so it doesn't work anymore...


To re-enable rc.local using systemd


1. Create a service file: /etc/systemd/system/rc-local.service


$ sudo gedit /etc/systemd/system/rc-local.service

2. Save it

3. copy & past in the file:


[Unit]
Description=/etc/rc.local compatibility

[Service]
Type=simple
ExecStart=/etc/rc.local
RemainAfterExit=yes

[Install]
WantedBy=multi-user.target

4. Save-it again

4. To enable it:


 $ sudo systemctl enable rc-local.service 

6. reboot your PC

MANJARO: AU SECOURS! RC.LOCAL NE FONCTIONNE PLUS !

En passant récemment à Manjaro, j'ai constaté que je ne pouvais plus lancer mon cher VPN via rc.local... Snif!


Cette méthode est peu connue. Le VPN (Openvpn) est ainsi lancé avant que le Bureau ne s'affiche ce qui renforce la sécurité mais aussi, c'est la seule manière que j'avais trouvé  pour le lancer sans avoir à taper de mot de passe. La philosophie d'Openvpn à l'époque était en effet de ne pas autoriser le lancement en auto-login (pour des raisons de sécurité?). Pour info, ma méthode -très simple- s'inspire d'une méthode sous Windows. En faisant une recherche sur ce blog, vous n'aurez aucun mal à la retrouver. Je vais d'ailleurs faire un nouvel article plus simple bientôt.

Après de nombreuses et longues recherches, j'ai appris que rc.local était tout simplement désactivé sur certaines distros utilisant systemd dont la dernière (16) de Manjaro. Ce n'était pas évident à découvrir car il reste par contre actif sur les dernières versions Ubuntu (16.04 au moins) qui utilisent aussi systemd. Z'auraient pu prévenir!

Cette méthode a déjà été traitée ici -récemment- dans un autre article plus vaste mais je tenais à la mettre en évidence car elle devrait intéresser pas mal de monde étant donné sa simplicité... Je vais d'ailleurs en faire une version en Anglais...

De plus, toujours grâce à sa simplicité, on pourra extrapoler pour créer facilement d'autres services.


Pour réactiver rc.local (via systemd)

1. Créez* un fichier service /etc/systemd/system/rc-local.service

sudo gedit /etc/systemd/system/rc-local.service

2. enregistrez-le

*Rappel: sous Linux, ouvrir un fichier qui n'existe pas équivaut à le créer

3. copiez-collez dedans (version simplifiée):

[Unit]
Description=/etc/rc.local compatibility

[Service]
Type=simple
ExecStart=/etc/rc.local
RemainAfterExit=yes

[Install]
WantedBy=multi-user.target

4. Enregistrez-le à nouveau

5. Et dans un Terminal (pour l'activer):

 # sudo systemctl enable rc-local.service 


6. Pour finir, il suffit de redémarrer votre bécane...

samedi 4 mars 2017

XFCE... Notifications de Bureau

Icone "Moka" preferences-system-notifications
Si vous avez activé les notifications de Bureau sous XFCE... Celles-ci ne durent que quelques secondes (C'est d'ailleurs paramétrable). Si vous êtes parti boire un café ou faire une course, comment savoir ce que vous avez reçu comme notifications pendant ce temps?

Dans XFCE, il existe un utilitaire qui permet non seulement de paramétrer les notifications mais aussi de voir ce qu'il s'est passé pendant votre absence.

Il s'appelle tout simplement "Notifications" et se trouve dans Menu > Paramètres

Sinon:

 xfce4-notifyd-config

Pour voir les dernières notifications (que vous avez raté), passez sur l'onglet "Log". S'il n'y a rien, paramétrez "Journal" sur  "toujours" (ou ce que vous voulez...) et "Log applications" sur "tout"






Notez que si vous utilisez imgur-screenshot qui permet d'uploader des images à Imgur, l'URL de celles-ci seront conservées dans le log.


Vous avez aussi la solution d'ouvrir le fichier de log avec votre éditeur de texte

 gedit /home/user/.cache/xfce4/notifyd/log 


vendredi 3 mars 2017

XFCE: 3 trucs

     1. Si vous utilisez les "panels" d'XFCE (c'est probable...), vous avez peut-être déjà créé de nombreux lanceurs. Si vous voulez pouvoir les éditez facilement et complètement, ils sont dans ...


 /home/USER/.config/xfce4/panel/launcher-12


"Launcher-12" est un exemple. Sur ma Manjaro la plus récente (3 jours), j'en suis déjà à launcher-17. Pour accéder, il faut "Afficher les fichiers cachés". À l'intérieur des dossier launcher-x, il peut y avoir plusieurs lanceurs.

Le problème, c'est que ça n'est pas très clair. Pas d'icônes visibles pour savoir de quel launcher il s'agit et le nom est codé.

Pour contourner le problème, faites un clic droit sur un launcher (ou même plusieurs à la fois) et dans "Permissions", cochez "Autoriser ce fichier à être exécuté comme un programme".

C'est instantané, l'icône du lanceur et son vrai nom s'affiche aussitôt.


Avant:




Après:



   
2. Sur ma vieille Eeebox poussive, changer l'icône d'un lanceur depuis le Bureau et une dure expérience! Pour cela on clique sur l'icône par défaut ce qui affiche -en principe- le dossier d'icônes.

Sauf que sur cette machine à bout de souffle, il faut bien 3 minutes pour ça (pas des blagues!)... Ce n'est pas nouveau puisque même sur une machine moderne, il faut bien 10-15 secondes pour que ça se décide à s'afficher. Et ça ne date pas d'aujourd'hui!

Donc, si vous avez plusieurs icônes à changer et que vous ne voulez pas y passer la soirée, il est préférable d'aller directement dans le dossier des lanceurs (voir ci-dessus).

Là, en éditant un lanceur (clic droit puis "ouvrir avec..."), on n'aura aucune difficulté à lui mettre (rapidement cette fois) une icône à condition cependant de savoir où elle se trouve....

Exemple (lanceur pour une chromeapp):

 [Desktop Entry]
Version=1.0
Terminal=false
Type=Application
Name=NBBCmeteo
Exec=/usr/bin/chromium --app-id=gnhaxxxxxxxxxmciefb
Icon=/home/USER/Images/ICONS/my-icon-48x48.jpg
StartupWMClass=crx_gnhalbgjpxxxxxxxxgifciefb
X-XFCE-Source=file:///home/USER/.local/share/applications/chrome-gnhalxxx-Default.desktop



3. Ce truc qui n'est peut-être pas très connu, n'est pas spécifique à XFCE, il est donc valable sur de nombreuses distros Linux et avec de nombreux gestionnaire de fichiers. Peut-être aussi sous Windows mais j'en doute (à vérifier).

Pour obtenir le chemin (path) d'un fichier quelconque, il suffit d'accéder à ce fichier dans Thunar ou un autre gestionnaire de fichiers puis clic droit et "copier".
Si vous faites "coller" dans n'importe quel éditeur de texte, cela vous affichera le chemin exact de votre fichier (c'est aussi vrai ici dans Blogger)

Exemple: /etc/fstab


Xscreensaver / GLslideshow va me rendre fou !

Dans la famille xscreensaver, GLslideshow est un économiseur d'écran très recherché et dont on se lasse difficilement puisqu'il s'agit d'un diaporama de vos images perso. Il vous permet de faire défiler les images du répertoire de votre choix voire peut-être des images Google mais j'ai pas trouvé comment...

Depuis des années (Il existe depuis 15 ans), paramétrer l'économiseur d'écran GL SLIDESHOW ressemble à une histoire de fous ou plutôt à un jeu de hasard... Apparemment, les développeurs s'en fichent complètement et depuis longtemps (GlSlideshow n'a pas été corrigé depuis 2006 donc 11 ans).

Sur Ubuntu Mate, j'avais réussi à le configurer à peu près correctement (par hasard?) mais pas sur Manjaro XFCE (crise de nerfs assurée!). J'ai donc remplacé le fichier caché /home/user/.xscreensaver de Manjaro par celui de Mate. Et ça fonctionne! Faut pas chercher à comprendre...

Donc, si ça peut en aider quelques uns, voici mon fichier .xscreensaver. Il vous suffit de copier-coller son contenu dans le votre en oubliant pas de rectifier ce qui est en rouge puis de l'enregistrer. Ce qui est en bleu concerne GLSlideshow et n'est pas à modifier.


 # XScreenSaver Preferences File
# Written by xscreensaver-demo 5.34 for USER on Wed Feb 15 12:25:13 2017.
# http://www.jwz.org/xscreensaver/

timeout: 0:10:00
cycle:  0:10:00
lock:  False
lockTimeout: 0:00:00
passwdTimeout: 0:00:30
visualID: default
installColormap:    True
verbose: False
timestamp: True
splash:  True
splashDuration: 0:00:05
demoCommand: xscreensaver-demo
prefsCommand: xscreensaver-demo -prefs
nice:  10
memoryLimit: 0
fade:  True
unfade:  False
fadeSeconds: 0:00:05
fadeTicks: 20
captureStderr: True
ignoreUninstalledPrograms:False
font:  *-medium-r-*-140-*-m-*
dpmsEnabled: False
dpmsQuickOff: False
dpmsStandby: 2:00:00
dpmsSuspend: 2:00:00
dpmsOff: 4:00:00
grabDesktopImages:  False
grabVideoFrames:    False
chooseRandomImages: True
imageDirectory: /home/USER/Images-screensaver

mode:  one
selected: 145

textMode: date
textLiteral: XScreenSaver
textFile: 
textProgram: fortune
textURL: http://....

programs:              \
    webscreensaver        \n\
    maze -root        \n\
  GL:     superquadrics -root       \n\
    attraction -root       \n\
    blitspin -root        \n\
    greynetic -root        \n\
    helix -root        \n\
    hopalong -root        \n\
    imsmap -root        \n\
-    noseguy -root        \n\
-    pyro -root        \n\
    qix -root        \n\
-    rocks -root        \n\
    rorschach -root        \n\
    decayscreen -root       \n\
    flame -root        \n\
    halo -root        \n\
    slidescreen -root       \n\
    pedal -root        \n\
    bouboule -root        \n\
-    braid -root        \n\
    coral -root        \n\
    deco -root        \n\
    drift -root        \n\
-    fadeplot -root        \n\
    galaxy -root        \n\
    goop -root        \n\
    grav -root        \n\
    ifs -root        \n\
    unicode -root        \n\
  GL:     jigsaw -root        \n\
    F         \n\
    julia -root        \n\
-    kaleidescope -root       \n\
  GL:     moebius -root        \n\
    moire -root        \n\
  GL:     morph3d -root        \n\
    mountain -root        \n\
    munch -root        \n\
    penrose -root        \n\
  GL:     pipes -root        \n\
    rd-bomb -root        \n\
  GL:     rubik -root        \n\
-    sierpinski -root       \n\
    slip -root        \n\
  GL:     sproingies -root       \n\
    starfish -root        \n\
    strange -root        \n\
    swirl -root        \n\
    triangle -root        \n\
    xjack -root        \n\
    xlyap -root        \n\
  GL:     atlantis -root        \n\
    bsod -root        \n\
  GL:     bubble3d -root        \n\
  GL:     cage -root        \n\
-    crystal -root        \n\
    cynosure -root        \n\
    discrete -root        \n\
    distort -root        \n\
    epicycle -root        \n\
    flow -root        \n\
  GL:     glplanet -root        \n\
    interference -root       \n\
    kumppa -root        \n\
  GL:     lament -root        \n\
    moire2 -root        \n\
  GL:     sonar -root        \n\
  GL:     stairs -root        \n\
    truchet -root        \n\
-    vidwhacker -root       \n\
    blaster -root        \n\
    bumps -root        \n\
    ccurve -root        \n\
    compass -root        \n\
    deluxe -root        \n\
-    demon -root        \n\
  GL:     extrusion -root        \n\
-    loop -root        \n\
    penetrate -root        \n\
    petri -root        \n\
    phosphor -root        \n\
  GL:     pulsar -root        \n\
    ripples -root        \n\
    shadebobs -root        \n\
  GL:     sierpinski3d -root       \n\
    spotlight -root        \n\
    squiral -root        \n\
    wander -root        \n\
-    webcollage -root       \n\
    xflame -root        \n\
    xmatrix -root        \n\
  GL:     gflux -root        \n\
-    nerverot -root        \n\
    xrayswarm -root        \n\
    xspirograph -root       \n\
  GL:     circuit -root        \n\
  GL:     dangerball -root       \n\
  GL:     engine -root        \n\
  GL:     flipscreen3d -root       \n\
  GL:     gltext -root        \n\
  GL:     menger -root        \n\
  GL:     molecule -root        \n\
    rotzoomer -root        \n\
    speedmine -root        \n\
  GL:     starwars -root        \n\
  GL:     stonerview -root       \n\
    vermiculate -root       \n\
    whirlwindwarp -root       \n\
    zoom -root        \n\
    anemone -root        \n\
    apollonian -root       \n\
  GL:     boxed -root        \n\
  GL:     cubenetic -root        \n\
  GL:     endgame -root        \n\
    euler2d -root        \n\
    fluidballs -root       \n\
  GL:     flurry -root        \n\
- GL:     glblur -root        \n\
  GL:     glsnake -root        \n\
    halftone -root        \n\
  GL:     juggler3d -root        \n\
  GL:     lavalite -root        \n\
-    polyominoes -root       \n\
  GL:     queens -root        \n\
- GL:     sballs -root        \n\
  GL:     spheremonics -root       \n\
-    thornbird -root        \n\
    twang -root        \n\
- GL:     antspotlight -root       \n\
    apple2 -root        \n\
  GL:     atunnel -root        \n\
    barcode -root        \n\
  GL:     blinkbox -root        \n\
  GL:     blocktube -root        \n\
  GL:     bouncingcow -root       \n\
    cloudlife -root        \n\
  GL:     cubestorm -root        \n\
    eruption -root        \n\
  GL:     flipflop -root        \n\
  GL:     flyingtoasters -root       \n\
    fontglide -root        \n\
  GL:     gleidescope -root       \n\
  GL:     glknots -root        \n\
  GL:     glmatrix -root        \n\
- GL:     glslideshow -root -duration 15 -zoom 70       \
      -pan 15 -fade 3       \n\
  GL:     hypertorus -root       \n\
- GL:     jigglypuff -root       \n\
    metaballs -root        \n\
  GL:     mirrorblob -root       \n\
    piecewise -root        \n\
  GL:     polytopes -root        \n\
    pong -root        \n\
    popsquares -root       \n\
  GL:     surfaces -root        \n\
    xanalogtv -root        \n\
    abstractile -root       \n\
    anemotaxis -root       \n\
- GL:     antinspect -root       \n\
    fireworkx -root        \n\
    fuzzyflakes -root       \n\
    interaggregate -root       \n\
    intermomentary -root       \n\
    memscroller -root       \n\
  GL:     noof -root        \n\
    pacman -root        \n\
  GL:     pinion -root        \n\
  GL:     polyhedra -root        \n\
- GL:     providence -root       \n\
    substrate -root        \n\
    wormhole -root        \n\
- GL:     antmaze -root        \n\
  GL:     boing -root        \n\
    boxfit -root        \n\
  GL:     carousel -root        \n\
    celtic -root        \n\
  GL:     crackberg -root        \n\
  GL:     cube21 -root        \n\
    fiberlamp -root        \n\
  GL:     fliptext -root        \n\
  GL:     glhanoi -root        \n\
  GL:     tangram -root        \n\
  GL:     timetunnel -root       \n\
  GL:     glschool -root        \n\
  GL:     topblock -root        \n\
  GL:     cubicgrid -root        \n\
    cwaves -root        \n\
  GL:     gears -root        \n\
  GL:     glcells -root        \n\
  GL:     lockward -root        \n\
    m6502 -root        \n\
  GL:     moebiusgears -root       \n\
  GL:     voronoi -root        \n\
  GL:     hypnowheel -root       \n\
  GL:     klein -root        \n\
-    lcdscrub -root        \n\
  GL:     photopile -root        \n\
  GL:     skytentacles -root       \n\
  GL:     rubikblocks -root       \n\
  GL:     companioncube -root       \n\
  GL:     hilbert -root        \n\
  GL:     tronbit -root        \n\
  GL:     geodesic -root        \n\
    hexadrop -root        \n\
  GL:     kaleidocycle -root       \n\
  GL:     quasicrystal -root       \n\
  GL:     unknownpleasures -root       \n\
    binaryring -root       \n\
  GL:     cityflow -root        \n\
  GL:     geodesicgears -root       \n\
  GL:     projectiveplane -root       \n\
  GL:     romanboy -root        \n\
    tessellimage -root       \n\
  GL:     winduprobot -root       \n\
  GL:     splitflap -root        \n\
    testx11 -root        \n\


pointerPollTime:    0:00:05
pointerHysteresis:  10
windowCreationTimeout:0:00:30
initialDelay: 0:00:00
GetViewPortIsFullOfLies:False
procInterrupts: True
xinputExtensionDev: False
overlayStderr: True
authWarningSlack:   20

  

Quelques bugs habituels:

  • la même image s'affiche plusieurs fois
  • Si on est arrivé à empêcher l'image de se répéter, un simple changement de durée d'affichage flanque tout par-terre...
  • Les paramètre sont peu explicites comme les histoires de zoom
  • et quelques autres...

jeudi 2 mars 2017

Gimp Photoshop-like

GimpPs va donner un look Photoshop à votre Gimp tout en le rendant compact (plus de fenêtres qui se baladent...)


Prérequis: 

  • Gimp 2.8 ou ultérieur
  • Git installé (il l'est généralement)
  • Curl (pour la première solution)


2 solutions possibles:

1. Avec Curl

sh -c "$(curl -fsSL https://raw.githubusercontent.com/doctormo/GimpPs/master/tools/install.sh)"

2. Avec wget

sh -c "$(wget https://raw.githubusercontent.com/doctormo/GimpPs/master/tools/install.sh -O -)"


C'est quasiment instantané et fonctionne probablement avec plusieurs distros (chez moi: Manajaro)


Sources: https://github.com/doctormo/GimpPs