jeudi 20 juillet 2017

Un virus Windows affectant Linux ? Windows virus affecting Linux ?

“Bad Taste” Vulnerability Affects Linux Systems via Malicious Windows MSI Files


Because Windows executables haven’t wreaked enough damage on Windows computers, now you can use malformed MSI files to run malicious code on Linux systems.
This scenario is possible because of a vulnerability discovered by German IT expert Nils Dagsson Moskopp, which he named “Bad Taste.”
The vulnerability resides in gnome-exe-thumbnailer, a third-party thumbnailer used by GNOME Files, formerly known as Nautilus, the default file manager/explorer for Linux distros using the GNOME desktop.
Moskopp discovered that he could hide malicious VBScript inside names of MSI files. When the user accesses a folder on his computer where this malicious MSI file is saved, GNOME Files would automatically parse the file to extract an icon from its content and display it in the file explorer window.
The problem is that when parsing the MSI file looking for its icon, the thumbnailer script also reads the filename and executes the code found within.
At the heart of this vulnerability are thumbnailer configuration files located in /usr/share/thumbnailers, which Gnome Files uses to parse files stored on a Linux computer to display icons or generate thumbnails.
To avoid problems caused by the issue he discovered, Moskopp recommends that users delete the all files found in /usr/share/thumbnailers, or stop using GNOME Files for the time being.


La vulnérabilité "Bad Taste" (mauvais goût) affecte les systèmes Linux via des fichiers MSI malveillants...

Parce que les exécutables Windows n'ont pas subi suffisamment de dégâts sur les ordinateurs Windows, vous pouvez maintenant vous retrouver avec des fichiers MSI mal-formés exécutant des codes malveillants sur les systèmes Linux.
Ce scénario est possible en raison d'une vulnérabilité découverte par l'expert en informatique allemand Nils Dagsson Moskopp, qu'il a nommé «Bad Taste».
La vulnérabilité réside dans gnome-exe-thumbnailer, une vignette tierce utilisée par GNOME Files, anciennement Nautilus, le gestionnaire de fichiers / explorateur par défaut pour les distros Linux utilisant le bureau GNOME (mais utilisable dans d'autres environnements).
Moskopp a découvert qu'il pouvait cacher un VBScript malveillant dans les noms des fichiers MSI. Lorsque l'utilisateur accède à un dossier sur son ordinateur où ce fichier MSI malveillant est enregistré à son insu, GNOME Files analyse automatiquement le fichier pour extraire une icône de son contenu et l'afficher dans la fenêtre de l'explorateur de fichiers. Le problème est que lors de l'analyse du fichier MSI à la recherche de son icône, le script thumbnailer lit également le nom de fichier et exécute le code trouvé.
Au cœur de cette vulnérabilité, on trouve les fichiers de configuration de thumbnailer qui sont situés dans /usr/share/thumbnailers, que Gnome Files utilise pour analyser les fichiers stockés sur un ordinateur Linux pour afficher des icônes ou générer des vignettes. Pour éviter les problèmes, Moskopp recommande aux utilisateurs de supprimer tous les fichiers présents dans /usr/share/thumbnailers ou d'arrêter d'utiliser GNOME File (ou Nautilus) pour le moment.

J'ai personnellement effacé ces fichiers de tous mes ordis. Ça ne pose aucun problème. Par ailleurs je n'utilise que très rarement Nautilus alias Gnome Files.



 codebox  

Texte

 codebox  

Texte

 codebox  

Texte

 codebox  

Texte

 codebox  

Texte

 codebox  

Source: https://www.bleepingcomputer.com/news/security/-bad-taste-vulnerability-affects-linux-systems-via-malicious-windows-msi-files/ via http://fullcirclemagazine.org/

                                              

vendredi 14 juillet 2017

REMONTÉ: Mot de passe: afficher des astérisques

 Une des choses qui perturbe souvent les nouveaux venus à Linux, c'est que lorsqu'on tape son mot de passe dans un Terminal (après "sudo"), rien ne s'affiche. De plus, dans Bodhi Linux -par exemple- le réglage du comportement du "curseur" de la souris est parfois un peu mystérieux. En effet, si on déplace le curseur par mégarde, rien ne s'inscrira au moment de taper le mot de passe. Alors qu'avec des astérisques, on s'en rend compte tout de suite.

Pourquoi ce réglage par défaut du Terminal? C'est évidemment par sécurité. En effet, si quelqu'un est derrière vous, il peut d'un coup d’œil voir de combien de caractères est composé votre password et ce sera par conséquent plus facile pour lui de le craquer. Attention! statistiquement, la plupart des piratages de données sont le fait de proches (les enfants par exemple). C'est triste, mais c'est comme ça...

Note: si vous n'arrivez pas à ouvrir sudoers avec Nano dans Manjaro et ArchLinux, voyez comment faire dans mon article: astuce-manjaro-arch-ouvrir-sudoers-avec-Nano (il suffit d'aller dans /usr/bin en root, de chercher et renommer "vi" en "nano" tout simplement).

Mais si vous êtes toujours chez vous et que vous ne craignez personne, alors il serait plus intéressant de pouvoir afficher ces fameux astérisques comme ci-dessous:

user@bodhi:~$ sudo visudo
[sudo] password for user: **************

Pour cela, il va vous falloir modifier le fichier "sudoers". Gaffe! c'est un fichier système vital!!! Si vous faites une erreur, votre ordi pourrait bien ne plus vouloir redémarrer! Donc, ne le faites que si vous êtes sûr de vous. Faudra pas venir pleurer après, hein! Une bonne chose est de faire une sauvegarde du fichier Sudoers (Nano vous en offre la possibilité) ce qui vous permettra de réparer en cas de problème à partir d'un Live-cd.

Heureusement avec "visudo", il y a un garde-fou. Si vous faites une erreur, il vous demandera si vous êtes bien sûr de vous avant d'enregistrer et vous offrira la possibilité de quitter (sans enregistrer).

Quand vous utilisez "visudo", c'est l'éditeur de texte "Nano" qui est utilisé (dans Bodhi). Il est important de connaître quelques commandes de base.

  • Pour se déplacer dans les lignes: flèches du clavier
  • Pour coller, vous pouvez utiliser le clic droit de la souris
  • Pour enregistrer (et écrire dans le fichier), c'est Ctrl+o (pas zéro!). Note: dans le Terminal ou dans Nano, Ctrl est représenté par "^" (accent circonflexe).
  • Pour quitter: Ctrl+x
  • Voir aussi Premiers pas avec Nano

Commençons:

user@bodhi:~$ sudo visudo
[sudo] password for user: 
  • L'éditeur Nano s'ouvre alors. 
  • Déplacez-vous avec les flèches du clavier
  • Collez "Defaults pwfeedback"  sous les lignes suivantes(sans guillemets|Utiliser le clic droit de la souris pour coller): 
Defaults        env_reset
Defaults        secure_path="/usr/local/sbin:/usr/local/bin:/usr/sbin:/usr/bin:$
  • Ne changez rien d'autre!
  • Ensuite, faites Ctrl+o pour écrire/enregistrer puis entrée. Puis Ctrl+x pour quitter.


  GNU nano 2.2.6           Fichier : /etc/sudoers.tmp                           

#
# This file MUST be edited with the 'visudo' command as root.
#
# Please consider adding local content in /etc/sudoers.d/ instead of
# directly modifying this file.
#
# See the man page for details on how to write a sudoers file.
#
Defaults        env_reset
Defaults        secure_path="/usr/local/sbin:/usr/local/bin:/usr/sbin:/usr/bin:$
Defaults pwfeedback
# Host alias specification # User alias specification # Cmnd alias specification # User privilege specification root ALL=(ALL:ALL) ALL [ Lecture de 29 lignes ] ^G Aide ^O Écrire ^R Lire fich.^Y Page préc.^K Couper ^C Pos. cur. ^X Quitter ^J Justifier ^W Chercher ^V Page suiv.^U Coller ^T Orthograp.

Et voilà, maintenant, quand vous taperez votre mot de passe, vous verrez des astérisques comme sous Windows...

Note: sous Manjaro, ce fichier est très différent. Placez "Defaults pwfeedback" (sans guillemets) en fin de fichier tout simplement et ça fonctionne pareil.


jeudi 13 juillet 2017

Manjaro ne démarre plus suite à une mise-à-jour

Etant donné que ArchLinux et Manjaro sont des "rolling releases" (publication continue), les mises-à-jour sont fréquentes et conséquentes parfois en taille... et... on peut se retrouver avec un bug de temps en temps qui peut même empêcher votre Linux de démarrer normalement. C'est rare, mais ça peut se produire...

Moi, ça m'est arrivé il y a quelques jours sur ma vieille Eeebox B-202. C'est la version i606 qui y est installée soit 32-bits. Pas de problème par contre avec la version 64-bits sur mon Brix Gigabyte.

Symptôme:

  • Grub s'affiche normalement
  • Le défilé de lignes de code commence
  • Puis, ça bute sur...

 D-Bus System Message Bus 

  • puis affiche au bout d'un nombre certain de secondes... 
 Failed to start Login Service 


Note: Je me suis rendu-compte par hasard que si on tape sur la touche "Entrée" du clavier à ce moment-là, le boot continue et aboutit normalement (enfin, chez moi). Bon à savoir donc! Il est possible que ça le fasse aussi avec n'importe quelle autre touche d'après un utilisateur anglais. Cela permet donc éventuellement d'arriver au Desktop puis de modifier le noyau ou autres plus simplement.

  • Ensuite, il continue avec de multiples "start job... et bla-bla-bla" et des messages d'erreurs en veux-tu, en voilà... (la fin du monde!) et ça dure environ 10 mn avant de finir en sucette ou plus exactement en écran noir avec seulement un discret curseur en haut à gauche. À ce stade, on ne peut plus rien faire, même pas entrer en console. Seule solution: redémarrer en brute.

Le noyau dont je disposais après l'installation en mars 2017 était le 4.4.52-1-MANJARO (i686). Dès que mon système fut assez opérationnel, j'avais effectué un backup avec Clonezilla.

Lorsque j'ai eu le problème de boot, c'était avec le noyau 4.4.75-1-MANJARO (i686) qui était alors en place (Juillet 2017).

J'ai longtemps cherché des solutions sur le Web et j'en ai trouvé quelques unes mais parfois un peu douteuses et hyper-compliquées. On peut d'ailleurs suivre mes tribulations sur le forum Manjaro:

http://www.manjaro.fr/forum/viewtopic.php?f=20&t=8774&p=101250


Après maintes et maintes tentatives j'ai fini par avoir la conviction que c'était le kernel le coupable. Donc, quand je faisais une restauration avec Clonezilla, tout allait bien tant que je n'avais pas mis à jour le Kernel (ou noyau). Il y a des solution pour exclure un ou des paquets des mises-à-jour mais cette solution ne me plaisait pas et j'ai donc cherché et trouvé autre chose.

Dans les Paramètres de XFCE, on trouve une rubrique très intéressante du nom de Gestionnaire de paramètres Manjaro. Il suffit de cliquer sur "Noyau". Là, tous les noyaux disponibles s'affichent avec des informations brèves et des conseils. Il est donc facile d'en supprimer un et d'en ajouter un autre (voir capture sur mon Brix). Utilisez de préférence ceux marqués "LTS" et "Recommandé".

En fait, j'avais oublié la présence de cet utilitaire (qui n'existe pas semble-t-il sur Ubuntu) très utile qui m'aurait fait économiser de nombreuses heures de recherches et de soucis.

Vérifiez bien toutefois qu'après redémarrage, c'est bien le nouveau Kernel qui est actif. On peut voir ça facilement dans System Profiler & Benchmark appelé aussi Hardinfo ou via cette simple commande uname -r :


 $ uname -r
4.9.35-1-MANJARO


Gestionnaire de paramètres de Manjaro sur mon Brix (avant passage au 4.9.35-1)


Note: ce genre de problème peut survenir sur d'autres distros comme Debian, Ubuntu,... aussi bien.

samedi 8 juillet 2017

REMONTÉ: Message d'erreur lors d'une mise à jour de Manjaro

la satisfaction des dépendances a échoué: gstreamer0.10-good-plugins: installer libsoup casse la dépendance «libsoup-gnome»


J'ai tenté ceci: supprimer gstreamer0.10-good-plugins qui semblait poser problème

Après suppression à partir de Pamac-Manager (ou Ajout / Suppression de logiciels), tout est rentré dans l'ordre et j'ai pu terminer ma mise-à-jour. Reste à savoir si je n'aurai pas d'autres problèmes par la suite... Je vous tiens au courant!

Ensuite, ne pas oublier de mettre libsoup à-jour


Apparemment, ce problème avait déjà fait couler pas mal d'encre le 24 Avril dernier.


Après redémarrage, pas de problème de son


À noter: même problème sur Manjaro 32-bit

AJOUTÉ: Je n'ai eu aucun autre problème suite à cette manip.

À signaler que le problème s'est reposé le 7 juillet 2017 après avoir restauré* ma Eeebox B202 avec Manjaro 32-bit à partir d'une image Clonezilla.

*Une mise-à-jour avait probablement cassé ma "Manja". Après avoir tout essayé je me suis résolu à faire une restauration avec une image datant de 3 mois et demi. De toutes manières, ce n'est pas mon ordi de travail donc j'ai perdu peu de données et de plus peu importantes.

jeudi 22 juin 2017

Créez un Hotspot wifi + VPN sur votre Ubuntu ou autre Linux

BONNE NOUVELLE!

Si le PC hébergeur de votre hotspot est lui-même sous VPN, les appareils qui s'y connectent profiteront aussi du VPN et donc de sa sécurité.
Attention, cependant, si la compression des données de votre navigateur Chrome, Opera ou autre sur votre smartphone est activée, cela équivaut à un proxy. Vous aurez donc du mal à savoir par où vous passez effectivement. Donc pour le vérifier, désactivez cette fonction ou utilisez le navigateur d'origine de votre téléphone.
Pour savoir si votre appareil bénéficie réellement du VPN, vérifiez votre IP auprès d'un site comme http://www.mon-ip.com/en/my-ip/  depuis votre PC "hébergeur" puis depuis votre appareil. Si votre Smartphone (par exemple) a la même IP "exotique" que votre PC, c'est tout bon!

Si vous ne savez pas ce qu'est un VPN, désolé, il vaut mieux passez votre chemin ou faire une recherche sur ce site ou ailleurs.

(Ajouté et remonté le 20/09/2017).


ARTICLE d'ORIGINE

Dans mon cas, la Livebox est assez loin de mon Bureau avec en plus 2 murs en béton-armé à traverser. Résultat, la connexion de mon smartphone est "limite". Ça ne me pose pas de gros problèmes pour consulter des news mais par contre, ça rame pas mal pour faire des mises-à-jour ou un téléchargement même modeste.
Pour mes PC, je suis en filaire (Ethernet) ce qui est le plus performant.

J'ai essayé plusieurs méthodes sans grand succès. Ou alors, mon Hotspot était visible dans la liste mais ne fonctionnait pas...

Cette fois, j'ai trouvé un tuto qui convient très bien. Et maintenant, la connexion de mon Smartphone (un Meizu M2 mini) est au max!

J'ai créé mon hotspot sur ma vieille Eeebox B202 Asus équipée d'une Manjaro. Et ça fonctionne du Tonnerre de Brest. Si mon hotspot (Eeebox) n'est pas démarré, mon smartphone se connecte automatiquement sur ma Livebox. Aucun problème.

Mes sources: http://ubuntuhandbook.org/index.php/2014/09/3-ways-create-wifi-hotspot-ubuntu/ (le premier tuto)

Le tuto date de 2014 pour Ubuntu 14 Unity mais ça a été encore plus facile avec mon NetworkManager sur Manjaro qui semble bien adapté à cet usage. Je signale que je n'ai pas essayé sur Ubuntu ni encore sur le Raspberry Pi 2B (malheureusement il n'y a pas pas de WiFi sur cette version et en plus, le VPN pose problème avec le serveur HTTP déjà en activité). J'attend la prochaine version des RPI.


Le nécessaire

  • Un PC pour héberger le Hotspot. Étant bien entendu que vous pourrez l'utiliser à d'autres tâches si vous le désirez tout comme n'importe quel autre ordi. Vous pouvez aussi bien le faire avec un Raspberry y compris avec un "zéro" (si vous en trouvez!). Dans ce cas, il pourra tourner nuit et jour pour une consommation ridicule. Attention cependant, l'antenne intégrée des RPI n'est peut-être pas très performante. Mieux vaut essayer -je pense- avec une vraie antenne (voir liens).
  • Une connexion filaire (par câble Ethernet)
  • Au moins une carte wifi en ordre de marche.

ATTENTION! 
  • Le PC servant de hotspot ne pourra pas se connecter lui-même en WIFI à moins d'avoir 2 cartes. Mais là, c'est une autre histoire! Il doit être connecté lui-même en filaire (Ethernet).
  • Si vous éteignez votre ordi la nuit, vos autres appareils n'auront plus de WIFI. Ça peut être une bonne solution pour empêcher les gosses de surfer "jusqu'à pas d'heure".
  • Si vous installez un VPN sur votre PC "hébergeur", tous les appareils qui passent par lui seront protégés par ce VPN. C'est un immense avantage pour une connexion WIFI au niveau sécurité. Par contre, ça peut poser problème pour se connecter sur certains sites par exemple bancaires.
  • Si votre PC hébergeur est sous VPN, il ne pourra pas fonctionner comme serveur HTTP (par exemple). On ne peut pas tout avoir!
  • La portée du WIFI ne me semble pas extraordinaire malgré la "vraie" antenne externe WIFI de l'Eeebox. Mais ça dépend peut-être des machines. Au rez-de-chaussée, presqu'à la verticale, (à travers une grosse dalle de béton-armé), le signal n'est pas génial-génial mais exploitable.



1. Déconnectez-vous du WIFI définitivement sur votre PC* (Linux) destiné à servir de hotspot et connectez-vous en "filaire" (avec nm-applet dans votre "tray" ou "zone de notifications"). Note: votre PC ne pourra plus utiliser le WIFI sauf si vous désactivez votre hotspot. Ce n'est pas irréversible, rassurez-vous!

2. Allez à l'icône du réseau dans votre "Tray" (nm-applet).

3. Clic droit: Editer les connexions (ou quelque chose dans ce genre. Chez moi, c'est "Edit connections")

4. Add (ou ajouter). Choisissez WIFI.

5. Nom de la connexion: ce que vous voulez: hotspot, par exemple...

6. SSID: c'est le nom qui sera visible dans la liste des stations WIFI. Par exemple: totowifi

7. Mode: choisir "infrastructure" ou "hotspot"

8. Bande, Canal: n'y touchez pas sauf ensuite si vous savez ce que vous faites. Votre smartphone pourra peut-être vous montrer les canaux les plus tranquilles avec une appli ad-hoc.

9. Device ou appareil: affichez la "mac address" de votre carte graphique (déjà inscrite en principe)

10. Cloned Mac address, MTU: ne touchez à rien...

11. On change d'onglet. Allez à Sécurité Wifi. Choisissez WPA et WPA2 personnel

12. Entrez votre mot de passe (ou clé). On peut même l'afficher en clair. Notez-le bien!

13. Allez à l'onglet "Paramètres IPV4" et vérifiez bien que la "Méthode" est bien "partagé avec d'autres ordinateurs". C'est ce qui permettra à votre smartphone ou autre d'accéder à Internet via votre PC.




14. Puis, enregistrez.

15. Ouvrez votre gestionnaire de fichiers en "root". Par exemple:

 sudo thunar

... et allez dans les fichiers systèmes à  /etc/NetworkManager/system-connections
Vous devriez trouver un fichier de configuration du nom de "hotspot" (le nom de notre connexion donné au début)

16. Ouvrez ce fichier et recherchez mode=infrastructure. Changez =infrastructure en =ap et enregistrez. Si c'est déjà fait, fermez le fichier.

17. Quand tous est fait... Connectez-vous dans nm-applet à votre nouveau hotspot "totowifi" (ou autre). Il devrait être maintenant visible dans les stations accessibles depuis votre Smartphone

S'il n'est pas visible, redémarrez votre ordinateur. Ça a été le cas sur mon autre ordi.



* Certains pensent qu'un "PC" est forcément un ordinateur sous MS Windows.. C'est ridicule, puisque "PC" signifie "Personal computer", donc aucune incompatibilité à priori avec Linux et peut-être même maintenant avec les Mac... De plus, quasiment tous les ordinateurs actuellement sous Linux étaient à l'origine prévus voire conçus pour Windows. Ce n'est évidemment pas le cas des Mac.



Quelques liens utiles pour créer un hotspot avec un Raspberry. Tous ne fonctionneront peut-être pas out-of-the-box mais ça peut servir...

mardi 13 juin 2017

Recherche Google par défaut limitée à 2 ans

J'avais déjà indiqué début Avril comment créer des liens de recherche limités à 6 mois, 1 an, 2 ans dans Google Chrome.

Malheureusement, je me sers peu de ces liens car j'y pense trop tard 9 fois sur 10! J'ai donc tenté de modifier le moteur de recherche par défaut et ça fonctionne! À mon avis, ça peut fonctionner sur d'autres plateformes aussi... On pourra peut-être adapter pour d'autres moteurs.

J'ai limité à 2 ans car beaucoup de mes recherches concernant Linux et c'est très désagréable -quand on cherche à résoudre un problème- de tomber sur un article ou un topic qui date de 2007 voire de 2002 (!) alors qu'on est en 2017 et qu'en 10 ou 15 ans, les choses ont pas mal changé dans Linux (et ailleurs). Je ne comprends d'ailleurs pas pourquoi Google ne propose pas ce paramètre...

Pour modifier le moteur de recherche dans Google Chrome, allez aux paramètres (trois points orientés verticalement en haut à droite) >>> Paramètres >>> Moteurs de Recherche >>> Gérer les moteurs de recherche >>> Google (par défaut) >>> cliquez sur les 3 points orientés verticalement au bout de la ligne puis "modifier". Et collez sous "URL avec %s...." cette URL:  "https://www.google.fr/?q=%s&tbs=qdr:y2" sans les guillemets.


Moteur de recherche 
google2

Mot clé 
g

URL avec %s à la place de la requête:
https://www.google.fr/?q=%s&tbs=qdr:y2 

Vous pouvez changer le 2 (rouge) en 1 ou 3 si vous voulez...





Maintenant, quand vous ferez une recherche, elle sera automatiquement limitée à 2 ans. Résultat:


Bien sûr, il sera facile de changer de limite de temps, comme d'habitude. Et en plus, ça affiche les "outils" automatiquement. Il est d'ailleurs à remarquer que cette méthode peut être relativement handicapante avec certaines recherches. Par exemple, si vous recherchez "Linux", il est probable que vous ne trouverez pas immédiatement l'article "Linux" par Wikipedia...

samedi 3 juin 2017

Problèmes avec les noms de fichier ou de dossier en 2 parties séparées un espace

J'ai été confronté à ce problème lors de l'utilisation de Google Drive via Grive (précédent article)

Le problème: Linux (Ubuntu aussi) n'aime pas les fichiers en 2 ou 3 parties avec un espace les séparant. Si ça fonctionne parfaitement dans un gestionnaire de fichiers, ça se corse en ligne de commande, par exemple avec Rsync. Ci-dessous un exemple plus simple avec cp (copy)

cp mon test /run/media/user/BACKUPS/
cp: impossible d'évaluer 'mon': Aucun fichier ou dossier de ce type

On remarquera qu'il a seulement retenu "mon" et évidemment, il n'a rien copié.

Si je re-tape ma commande en mettant 'mon test' entre des apostrophes (ou des guillemets), pas de problème, ça fonctionne... Mon fichier est bien copié dans BACKUPS.

 cp 'mon test' /run/media/manja/BACKUPS/  

Morale de l'histoire, quand on crée un fichier ou un dossier dans Linux et qu'on veut séparer son nom en 2 ou 3 parties mieux vaut éviter les espaces. On peut par exemple appeler son dossier "MonDossier" ou "mon_dossier". Malheureusement, ce n'est pas toujours possible notamment dans le cas de Grive où le dossier doit rester Google Drive sans possibilité de le renommer.


mardi 30 mai 2017

MODIFIÉ: Nouveau GRive (GoogleDrive pour Linux)

Contrairement à ce que j'ai pu affirmer par le passé, GRive (GDrive officieux pour Linux) n'est pas mort ou en tous cas, il est ressuscité.

Pour l'installer et le lancer dans Arch ou Manjaro, ce n'est pas difficile puisqu'il suffit d'aller le chercher dans Pamac Manager, le gestionnaire de logiciels d'Arch/Manjaro. Il se trouve dans les dépôts AUR.


  • Installez Grive
  • Installez Grive-Tools
  • Lancez maintenant Grive Setup (ou Grive-Tools) et suivez les directives
  • Votre gestionnaire de fichiers va s'ouvrir tout seul et afficher bientôt votre Google Drive
Attention! la synchro peut prendre plusieurs minutes!

Allez ici pour plus de détails, notamment l'utilisation de Google Drive Indicator (indispensable)
https://www.thefanclub.co.za/how-to/ubuntu-google-drive-client-grive-and-grive-tools

Bon, il y a encore des petites choses qui m'interpellent, je reviendrai donc prochainement pour les préciser.

Truc: mettez votre Google Drive dans les favoris de votre gestionnaire de fichiers ou dans le panneau latéral (comme dans Thunar) pour le trouver facilement!

Pour d'autres distros comme Ubuntu et dérivés mais d'autres aussi, essayez d'allez là: https://pkgs.org/download/grive


AJOUT:
  •   résolu!   PROBLÈME: Comme il y a un espace dans le nom de dossier Google Drive, ça ne fonctionne pas en ligne de commande avec Rsync par exemple (ci-dessous).  Il faut mettre le nom du dossier comportant un espace entre "guillemets" ou 'apostrophes' (pareil pour un fichier)
  • Ligne de commande pour synchroniser votre home dans Google Drive en excluant certains dossiers notamment Google Drive (!). Evidemment, on ne va pas sauvegarder GogleDrive sur lui-même! Ça pourrait durer très-très longtemps et même finir par un remplissage complet du Drive et de votre disque local... pkexec ou sudo n'est utilisé que pour lancer la ligne de commande depuis un Termimal. Par contre, je pense qu'il faut le retirer si vous le lancez depuis une tierce application sans interface graphique comme Rsync.
 sudo rsync -r -t -p -v --progress -z -s --exclude .cache --exclude Téléchargements --exclude 'Google Drive' --exclude .zygrib --exclude Vidéos /home/user/ /home/user/'Google Drive'

  • Un autre problème est survenu: les fichiers stockés dans le dossier Google Drive -sur mon disque- ne voulaient pas du tout se synchroniser avec le Cloud de Google. En fait, pour ne pas avoir d'erreurs, j'utilise sudo pour lancer Rsync (en ligne de commande) ce qui fait qu'il y a un problème de permissions. J'ai donc dû les modifier pour que Grive commence à les synchroniser dans le Cloud.

Tout votre Google Drive dans votre gestionnaire de fichiers...

REMONTÉ: AJOUT pour Arch Linux et dérivés dont Manjaro (plus bas)


En clair...
Si vous voulez afficher votre Google Drive dans votre gestionnaire de fichiers sous Ubuntu, vous êtes amené en général à installer une application qui va faire le boulot. GRIVE* était naguère la plus connue mais maintenant c'est plutôt INSYNC.

* ne fonctionne plus, il me semble...




Ici, je vous propose de le faire sans application tierce


On utilise seulement


  • Gnome-Control-Center connu aussi sous le nom de "Paramètres" ou de "Paramètres Système". Celui-ci est en principe installé par défaut seulement sur les distros uniquement basées sur Gnome. Les autres utilisent des forks comme unity-control-center, mate-control-center, etc... Il va donc falloir installer en plus Gnome-Control-Center. Attention! Je vous conseille d'utiliser seulement la rubrique "gnome-online-accounts" et d'y aller mollo avec les autres ou plutôt d'utiliser votre xxxxx-control-center habituel pour éviter tout conflit... Mais vous pouvez y aller voir du moment que vous ne changez rien...
  • Gnome-Online-Accounts (ou "Comptes en ligne" en Français). On y accède depuis le gnome-control-center.


Si vous utilisez un Ubuntu basé uniquement sur Gnome 3.18, vous n'aurez presque rien à faire. Pour Unity, XFCE, Mate et les autres, il faudra mettre un peu le nez sous le capot...

Ce truc est inspiré d'un article de l'excellent webupd8.org. Vous pourrez d'ailleurs y aller faire un tour pour plus de détails. Ici, j'ai fait simple.

Je précise aussi que ce tuto est basé sur l'intégration de GDrive dans Ubuntu 16.04 MATE (ma distro). Pour les autres, je n'ai pas essayé. Pour Arch, Manjaro et autres, voyez en fin d'article. Attention, ce bidouillage ne semble pas possible sur des versions antérieures à 16.04. On peut aussi essayer avec des distros non-Ubuntu mais évidemment, je ne garantis rien! Note: ça marche sur Arch et Manjaro (voir en bas).

De plus, comme d'habitude, je vous conseille de faire une image disque de votre distro avant de partir à l'aventure. En principe, ça ne doit pas poser de problème mais sait-on jamais... surtout pour des distros un peu "exotiques" comme Elementary OS, Bodhi Linux ou autres... À vous de voir.



1. INSTALLATION POUR UBUNTU ET DÉRIVÉS



Cette partie est commune à tous les environnements


sudo apt install gnome-control-center gnome-online-accounts 

Je rappelle que apt-get est considéré maintenant comme obsolète (mais fonctionne encore)



2. UNITY SEULEMENT (non vérifié)


Pour lancer le control-center:


gnome-control-center 


Pour lancer directement online-accounts (comptes en ligne):


gnome-control-center online-accounts




3. UNITY, MATE, XFCE et les autres...




Installez d'abord le control-center et online-accounts comme en 1
Si vous lancez control-center et online accounts comme indiqué ci-dessus, ça ne va pas bien fonctionner. Vous n'aurez que 2 ou 3 rubriques et surtout pas de online-accounts visible. 
C'est ballot!

Il va donc falloir ruser...



Pour lancer le Gnome-Control-Center depuis un terminal:


XDG_CURRENT_DESKTOP=GNOME gnome-control-center  

Ensuite, il suffit de cliquer sur "Comptes en ligne"



Pour faire un lanceur ou modifier le lanceur existant, utilisez cette commande à mettre dans le fichier.desktop


sh -c "XDG_CURRENT_DESKTOP=GNOME gnome-control-center"  

Notez que la méthode de webupd8.org est plus compliquée que la mienne...





Voici ce qu'on obtient. Comptes en lignes est en haut, 2e à partir de la gauche.





Là, je ne vais pas me décarcasser pour vous expliquer la suite vu que "c'est simple comme bonjour" pour ajouter un compte... Vous remarquerez qu'on peut ajouter d'autres types de comptes ce qui peut donner des idées...
Attention, vérifiez bien que "Fichiers" est bien activé. Dans la capture ci-dessous, tout est activé.




-Et maintenant, on fait quoi!?

- Hé ben, on ouvre son gestionnaire de fichiers (Caja, Thunar, Nautilus, Nemo ou autres) et on constate qu'un "disque" nommé comme votre Gmail a été ajouté dans le panneau latéral. Il suffit de cliquer dessus pour que tous vos dossiers et fichiers Google Drive s'affichent au bout de quelques instants. Un temps certain même! Ce qui a fait dire à certains utilisateurs qu'il en était quasiment sans utilité (useless). C'est un peu exagéré mais c'est sûr, ça peut sembler interminable sur une vieille machine avec en plus une connexion déficiente.

Notez que certaines options de Google Drive ne vont pas fonctionner ici (par exemple "partage"). Vous remarquerez aussi que tous vos fichiers restent dans le "Cloud" et ne sont donc pas importés sur votre disque (sauf si vous les transférez volontairement sur celui-ci) contrairement à Dropbox.



Mon Google Drive dans le gestionnaire de fichiers par défaut d'Ubuntu Mate, CAJA ...




POUR ARCH LINUX. MANJARO, ETC...


  • Installez Gnome-control-center avec Pamac Manager, la logithèque de Manjaro s'il ne l'était pas déjà. Gnome-Online-Accounts devrait alors s'installer automatiquement (je ne me souviens plus très bien. Sorry).
  • Ensuite, installez gvfs-goa et gvfs-google qui sont aussi disponibles dans Pamac. Inutile de redémarrer votre PC, seulement votre gestionnaire de fichier. Votre GDrive devrait alors apparaître comme par magie dans Nautilus, Thunar ou autre...  Toutefois, le contenu de votre Drive peut mettre un certain temps pour se charger à la première utilisation (dans la session) et idem  pour chaque dossier. 


NOTE: 2017. il semble que Grive soit ressuscité: https://pkgs.org/download/grive

LIENS